Par Orélia Owl

La préparation à l’accouchement, un moment privilégié avec bébé.

Vous ressentez peut-être déjà les premiers coups de pied de bébé, signe qu’il s’installe confortablement et qu’il est déjà plein de vie ce petit bout de choux. Il va donc falloir préparer sa venue au monde. Comme la plupart des futures mamans, vous vous posez sûrement des milliers des questions.

« Comment va se dérouler la fin de ma grossesse ? Comment savoir si j’ai des contractions de travail et que c’est le jour J ? Comment se passe un accouchement ? À quoi ressemble une salle de travail ? Est-ce que je vais gérer la douleur ? Combien de temps ça peut durer ? Et si ça se passait mal ? Est-ce que papa pourra être là tout le temps près de moi ? Et si je suis trop épuisée et que je n’arrivais plus à pousser ? Et si je pousse trop fort et que je fais pipi voire pire… c’est vraiment trop la honte ! Comment vais-je savoir à quel moment je dois pousser ? Et si bébé se met dans une mauvaise position, comment ça se passe ? Si j’ai des inquiétudes ou des problèmes pendant ma grossesse vers qui dois-je me tourner ? … »

Ne vous inquiétez pas, non vous n’êtes pas parano, non vous n’êtes pas ultra stressé ni en pleine psychose, si ça peut vous rassurer toutes les futures mamans se posent les mêmes questions.

C’est justement pour cela qu’on vous accompagne et vous informe lors des cours de préparation à l’accouchement sur votre grossesse, sur le jour de la naissance et l’accouchement, et sur votre rôle de parent et la venue de votre nourrisson. À quel moment débuter la préparation à l’accouchement, comment se déroule les séances, quelles sont les différentes méthodes ? Est-elle remboursée par la sécurité sociale et la mutuelle ? On vous dit tout et on fait le point.

À quel moment commencer la préparation à l’accouchement ?

Tout d’abord, sachez que la très grande majorité des cours de préparations à l’accouchement sont remboursés par la sécurité sociale et votre mutuelle prend également généralement en charge le complément.

Ensuite, vous pouvez débuter les séances de préparation dès le 6e mois de grossesse. Mais en général, les mamans commencent au cours du 7e mois pour une raison simple, les futures mamans attendent leurs congés maternité pour les mettre en place.

Si vous souhaitez pratiquer votre préparation au sein de votre maternité, sachez aussi que certaines ont un agenda plutôt chargé. Si vous pouvez, pensez-y dès le 4e mois de grossesse et inscrivez-vous pour les sessions correspondant aux dates de votre congé maternité ou avant si vous le souhaitez et que vous êtes disponible. Cela vous évitera ma petite mésaventure ! Je me suis inscrite au 7e mois, il n’avait de la place qu’au cours du 8e mois (déjà bien engagé), mon dernier cours de préparation a donc eu lieu quelques jours avant le jour J. Et puis je vous avoue que prendre la voiture avec un ventre aussi imposant, les manœuvres sur le parking était parfois un peu délicates !

Qui propose les préparations à l’accouchement ?

Deux possibilités s’offrent à vous, avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Les maternités proposent la préparation au sein de leur établissement. Dans la très grande majorité des cas, les cours se font par des séances en petit groupe (3 à 5 au maximum). Cela peut vous freiner un peu au premier abord si vous êtes un peu timide et souhaitez plus d’intimité. Mais sachez que les sages-femmes en maternité qui proposent ces cours sont en général très douées pour vous mettre à l’aise. Et puis vous vous rendrez vite compte que vous avez, malgré des personnalités et des parcours différents, les mêmes questions, les mêmes craintes, et que vous vivez le même bonheur indescriptible de porter la vie. Après deux cours, vous vous sentirez déjà beaucoup plus à l’aise. L’avantage de la maternité, c’est que vous pouvez visiter la structure, les salles de travail, les chambres et ainsi mieux visualiser votre accouchement et votre séjour à la maternité. C’est souvent très rassurant pour les mamans comme pour les papas.

Les sages-femmes en libérales proposent elles aussi des cours d’accouchement. Généralement, elles proposent des cours en séance individuelle. Si vous souhaitez un rapport plus intime, une préparation plus privilégiée et personnalisée, cette option est plutôt intéressante. Si vous souhaitez accoucher à la maison d’autant plus. Prenez le temps de discuter en amont avec votre sage femme pour savoir ce qu’elle propose. Chacune prépare l’accouchement à sa manière. Les méthodes sont aussi différentes que les profils des femmes accouchées. À vous de trouver celle qui vous correspond le mieux.

De quoi aller vous parler pendant ces cours ?

Les domaines et les sujets sont très variables selon les préparations, cependant elles regroupent toutes quelques sujets importants qui concernent la grossesse (d’où l’importance de ne pas la faire trop tard), l’accouchement et l’après-accouchement. En règle générale, que ce soit en maternité ou auprès d’une sage femme libérale, on vous propose d’établir un projet de naissance. C’est-à-dire élaborer un projet sur : comment souhaitez-vous accoucher (les différentes postures), quelles méthodes souhaitez-vous pratiquer (accouchement naturel ou avec péridurale), quel sera le rôle du papa ou encore si vous souhaitez allaiter votre enfant.

Voici les grandes lignes de vos cours de préparation à l’accouchement, vous verrez que toutes les questions que vous pouvez vous poser y trouveront réponse.

  • le développement de bébé au fil des mois,

  • les changements de votre corps en début, milieu et fin de grossesse,

  • l’hygiène durant la grossesse,

  • les inquiétudes parfois alimentaire durant la grossesse,

  • les petits maux de la grossesse, quand est-ce nécessaire d’aller voir son médecin ou son gynécologue,

  • les questions pratiques du jour J, la valise maternité, les rendez-vous avec l’anesthésiste, le gynécologue, l’obstétricien, les échographies, les documents administratifs, la déclaration de naissance,

  • le rôle de papa durant le travail, comment peut-il accompagner et soutenir

  • les signes du début de travail, comment faire la différence entre des contractions utérines ordinaires et des contractions de travail, la péridurale, le déclenchement, la sortie de bébé,

  • les différentes postures, la respiration, le déroulement de l’accouchement,

  • les complications possibles, comment sont-elles gérées, les ventouses, la césarienne,

  • le suivie après l’accouchement pour la maman et pour le bébé, l’allaitement si vous le souhaitez,

  • la préparation à la naissance, l’accueil du nouveau-né, le retour à la maison, devenir parents.

  • la visite des salles de naissances, des salles de soins, des salles de travail, la rencontre du personnel soignant (pour les maternités et centres hospitaliers).

  • l’allaitement, les pics de croissances, la lactation, les différentes positions d’allaitement.

Les différentes méthodes de gestion de la douleur proposées durant les cours de préparation à l’accouchement.

L’une de vos inquiétudes principales pour le jour J : « Comment vais-je gérer la douleur ? Est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que ça fait vraiment mal ? Est-ce que je vais être capable de la gérer ? »

Tout d’abord, je tiens à vous rassurer sur ce point, oui c’est douloureux, mais le corps de la femme est la plus belle création du monde. Et mettre au monde son enfant, la plus belle chose qui puisse vous arriver !

Durant votre grossesse, votre organisme va produire différentes hormones pour vous préparer au jour J. Puis, pendant le travail, deux hormones vont vous aider à gérer cette étape. Tout d’abord l’adrénaline qui va vous soutenir pour trouver la force et l’énergie dont vous aurez besoin pendant la contraction et lors de la poussée. Ensuite, l’endorphine quant à elle va vous permettre de vous poser et vous reposer et de soulager la douleur. La douleur fait peur parce qu’on l’imagine sur la durée. Or une contraction utérine ne dure que quelques minutes. Les périodes de contractions et de calme se succèdent et les productions hormonales suivent ce rythme. Elles vous accompagnent jusqu’à la délivrance, c’est-à-dire l’expulsion de bébé et sa venue au monde, mais aussi post-accouchement. Lorsque vous aurez besoin de toute votre attention et votre énergie pour vous occuper de votre nourrisson, d’autres hormones entrent alors en action.

Voici un petit top 5 des méthodes de préparation à l’accouchement et notamment de gestion de la douleur, à vous de voir celle qui vous corresponde le mieux :

  • L’haptonomie : elle implique pleinement le papa. Cette méthode est basée sur l’affectivité. Elle propose de créer un lien avec bébé dès que la maman peut ressentir ses premiers mouvements. À base de caresses et de massages sur le ventre, de la voix, vous pouvez interagir avec lui et lui proposer un environnement doux et sécurisant.

  • La piscine (ou aquagym) : pour celle qui souhaite accoucher sans péridurale, cette méthode est la plus pratiquée. Vous vous préparez en piscine et avec l’effet de l’apesanteur les mouvements sont facilités. Vous gagnez en tonus musculaire et vous bénéficiez des bienfaits relaxants de l’eau. Certaines maternités sont habilitées à pratiquer l’accouchement dans l’eau.

  • La sophrologie : vous apprenez ici à gérer le stress, l’angoisse et la douleur avec une méthode naturelle qui repose notamment sur des visualisions positives de votre accouchement, sur la respiration et sur la détente.

  • Le yoga prénatal : vous apprenez ici à connaître votre corps et donc à mieux gérer et accompagner les conditions extraordinaires qu’il va connaître le jour J

  • L’acupuncture : ce n’est pas une méthode à proprement parler, elle vient donc compléter la préparation à l’accouchement. Elle peut vous aider à gérer vos angoisses.

La préparation est-elle indispensable pour bébé 2 (ou 3 ou plus !)

Les cours de préparation à l’accouchement sont vivement conseillés lorsque vous attendez votre premier enfant. Ils permettent de mieux comprendre et gérer votre grossesse et de répondre aux questions que vous vous posez sur l’accouchement et votre nouveau rôle de parent.

En revanche, les femmes enceintes ayant déjà un enfant les pratiquent moins. Pourtant, lorsque vous êtes déjà maman, vous vivez votre grossesse complètement différemment de la première. Vous avez beaucoup plus de choses à gérer autour de votre vie de famille actuelle (le travail, l’école ou la crèche, ranger et faire le ménage, s’occuper de vos enfants, les bains, les repas, les devoirs, les activités…), vous avez donc beaucoup moins de moments à vous consacrer à vous et rien qu’à vous.

Les cours vous permettent d’échapper un peu au quotidien et d’avoir un moment privilégié avec votre bébé, rien que vous et lui, et de partager une première complicité. C’est aussi relaxant qu’agréable. Une petite pause qui vous fait autant de bien à vous qu’au bébé à naître. Vous retrouvez ainsi l’énergie nécessaire pour reprendre votre rythme du quotidien.

Et si vous n’avez pas encore annoncé votre grossesse, pensez aux cartes à gratter. Si vous souhaitez partager votre bonheur et émouvoir vos proches, les cartes à gratter sont du plus bel effet.

Découvrez notre sélection juste ici. Vous pouvez également lire les témoignages de parents qui ont annoncé la venue du futur bébé avec Joyeux Papier, émotions garanties !

Que diriez vous de continuer un peu de lecture ? Voici les Best articles du blog : 

j'annonce ma grossesse avec une carte à gratter

- Comment bien vivre sa grossesse ?

- les échographies de grossesse

- l'évolution du foetus mois par mois

- femme enceinte : quelle alimentation ?

- la préparation à l'accouchement

- ..... Voir tout les articles joyeux papier